L’écrivain Philip Roth est mort 1933-2018

Grant Robinson
Grant Robinson
P
Philip Roth était l’un des principaux auteurs de fiction américaine d’avant la guerre du Vietnam. Avec son imagination débridée et ses thèmes provocateurs, les histoires qu’il a racontées étaient riches, semi-autobiographiques, et plus profondes qu’un simple recueil de mots. RIP Philip Roth.
Reading Time: 4 minutes

RIP PHILIP ROTH *19.03.33 †22.05.18

Philip Roth est décédé récemment, a quitté ce bas monde le 22 mai 2018. Les livres de Roth sont inscrits dans la bibliothèque de l’Amérique. La silhouette mono sourcil sans prétention du romancier, essayiste, et auteur de nouvelles américain a chevauchée la littérature américaine pendant des décennies. Ses récits comiques souvent sombres étaient peuplés de personnages provocateurs qui pouvaient énerver et réjouir.

Pendant près de cinq décennies, il a commenté le psychisme américain du point de vue d’un Juif du New Jersey. Ses œuvres analysent une Amérique de la guerre froide chaotique avec un humour noir qui lui a valu un sacré nombre de prix d’écriture. Tandis que les Beatles cédaient la place au disco et que les Stones se sont mis de côté pour du hair métal, Philip Roth faisait vraiment réfléchir, rire, et se tortiller.

 

Tandis que les Beatles cédaient la place au disco et que les Stones se sont mis de côté pour du hair métal, Philip Roth faisait vraiment réfléchir, rire, et se tortiller.

 

Roth a résisté à l’étiquette d’écrivain juif-américain, insistant sur le fait qu’il n’était qu’un écrivain américain. Cependant, les personnages semi-autobiographiques de ses livres témoignent du contraire. Ses protagonistes masculins explorent l’existence juive en Amérique, y compris la manière dont la masculinité et la féminité jouent leur rôle, ainsi que l’antisémitisme. Roth a dit un jour : « Faire de fausses biographies, de fausses histoires, concocter une demi existence imaginaire à partir du drame réel de ma vie, c’est ça ma vie »

 

UN ÉCRIVAIN PROLIFIQUE

Philip Roth a écrit plus de 30 livres. Même les gens qui ne sont pas fans, ou les fans de lecture en général, auront entendu parler de son troisième roman, « Portnoy et son complexe ». Une histoire sans compromis sur la luxure, le livre l’a propulsé vers la célébrité littéraire et une reconnaissance mondiale. Mais c’était en 1969. Des décennies plus tard, Roth a connu une résurgence. À partir de la fin de la soixantaine, il a eu un jaillissement de travail créatif. Un livre étonnant par an. Pas toujours un classique américain, mais toujours férocement perspicace, intelligent, et provocateur. A l’âge de soixante-douze ans, ses personnages ont commencé à lutter contre la vieillesse, avec des protagonistes masculins encore ravagés par les pulsions sexuelles et leur confusion sur les femmes. L’alter ego de Roth a exploré de nombreux états d’esprit émotionnels et libidineux.

Ses personnages féminins ne sont pas toutes de fortes femmes intelligente à PHD du New Jersey se grattant la tête. Et bon nombre des stéréotypes qui peuplent ses romans ont frustré les féministes contemporaines. Certains disent même qu’il ne comprenait pas du tout les femmes. Il y a des lignes et des dialogues très contreversés dans son travail. S’agit-il d’artifice, de journal intime, ou de provocation sarcastique et ironique ? Avait-il honnêtement le cœur sur la main ou agissait-il en tant qu’agent provocateur ? Il semble que c’était la grâce. Parfois, c’était difficile à dire. Il a certainement provoqué délibérément des rabbins, qui s’exprimaient publiquement, créant ainsi son infamie désirée – la façon dont Zuckerberg a fait un pied de nez à Harvard le rendant ainsi célèbre.

 

Il a certainement provoqué délibérément des rabbins, qui s’exprimaient publiquement, créant ainsi son infamie désirée - la façon dont Zuckerberg a fait un pied de nez à Harvard le rendant ainsi célèbre.

 

UN GÉANT LITTÉRAIRE

Roth était une figure prééminente de la littérature mondiale. En tant que l’un des trois grands, lui, Saul Bellow, et John Updike ont dominé la littérature américaine pendant les décennies tumultueuses de l’après-guerre jusqu’au Vietnam. Son narrateur Nathan Zuckerman apparaît dans sept romans, commentant la vie d’un romancier de fiction qui reflète celle de Roth. Puis, avec un changement de personnalité, le narrateur devient David Kapesh, qui apparaît dans trois autres livres. Toujours les mêmes thèmes utilisés pour la destruction intelligente – irriter les gens avec des personnages attachants, le flou de la fiction, la réalité, et peut-être un journal intime.

C’est toujours triste quand la créativité brillante est étouffée, qu’elle soit inopportune ou due à des problèmes physiques compliqués. Dans le cas de Roth, c’était une insuffisance cardiaque congestive. Il a laissé une œuvre qui s’étend sur plusieurs décennies et qui comprend de nombreux classiques. Avec une collection d’histoires fascinantes, y compris « Goodbye Columbus », et précédant sa mort « J’ai épousé un communiste », Roth a reçu de nombreux prix au cours de sa carrière d’écrivain, y compris le Pulitzer, le National Book Critics Circle Award, et le Prix Franz Kafka.

Philip Roth a simultanément plongé profondément dans son expérience personnelle et puisé dans la pure fiction pour étoffer ses décennies d’écriture. On a dit de lui qu’il était un esprit érudit qui aurait pu être un comédien de renommée mondiale si l’écriture avait échoué. Ses prouesses littéraires étaient souvent vulgaires, parfois transcendantes, mais toujours intéressantes et controversées. Les fans regretteront tristement Philip Roth, et les retardataires de son travail se retrouveront orphelins.