Le développement fascinant de la langue des signes

Alexandra Hicks
C
Comme leur nom l’indique, les langues des signes (aussi appelées langues gestuelles) sont des langues qui emploient des signes et des symboles complexes en utilisant les mains. Et non, ce n’est pas la même chose que le langage corporel - même pas un peu.

Contrairement à la croyance populaire, les langues des signes sont naturelles et originales, et elles utilisent leur propre grammaire, vocabulaire, et lexique basés sur leur origine spécifique. Pour cette raison, les langues des signes ne sont pas universelles ou mutuellement compréhensibles par toutes les nationalités. Par exemple, la Langue des Signes Américaine (ASL) est complètement différente de la Langue des Signes Britannique (BSL), bien que les langues parlées soient très proches.

Les linguistes experts s’accordent à dire que la langue des signes est tout aussi naturelle que la langue parlée. Ce qui est « naturel », c’est que, tout comme les mots parlés, la langue des signes est devenue complètement autonome, sans aucune planification scrupuleuse. Bien que les langues des signes soient connues pour être dominantes dans la communauté des sourds et leur culture, elles sont également utilisées par des personnes capables d’entendre, mais qui peuvent souffrir d’un handicap ou d’un état qui les rend incapables de parler.

 

RELATION AVEC LA LANGUE PARLÉE

Il existe un mythe commun selon lequel les langues des signes ne sont rien de plus que des langues parlées exprimées par des signes de la main, ou qu’elles ont toutes été créées par des personnes qui peuvent entendre – cela ne pourrait être plus éloigné de la vérité. Les langues des signes sont développées par les personnes qui les utilisent. En plus d’emprunter certains éléments de la langue parlée (ce que toutes les langues font de toute façon – pensez à l’influence du latin sur de nombreuses langues actuelles du monde), la langue des signes est complètement indépendante de la langue parlée et se développe de manière très différente :

Veuillez activer les sous-titres pour regarder la vidéo.

Ce qui est intéressant, c’est que le cerveau traite toutes les langues de façon très similaire, qu’elles soient parlées, signées ou de régions différentes. Même les langues des signes ont leur propre alphabet, appelé alphabet digital, avec une liste de caractères uniques qui sont nécessaires pour exprimer certaines choses comme les pronoms ou les concepts abstraits. C’est la principale raison pour laquelle beaucoup de personnes pensent que les deux sont liées d’une manière ou d’une autre.

Globalement, les langues des signes sont plus étroitement liées aux autres langues des signes que les langues parlées ne le sont entre elles. C’est très probablement parce que les signes sont évidemment liés aux objets et aux lieux du monde réel, tandis que les langues parlées sont plus conceptuelles.

 

ICONICITÉ EN LANGUE DES SIGNES

L’iconicité dans le langage signifie que le mot lui-même exprime le sens du mot ou signe. Essentiellement, il s’agit d’une analogie littérale plutôt que d’un mot ou d’un signe arbitraire. Dans les années 1970, les langues très iconiques n’étaient pas considérées comme de vraies langues ; toutefois, il est maintenant défini que l’iconicité est une caractéristique clé de toutes les langues, signées et parlées.

Les premières études sur l’iconicité ont été publiées à la fin des années 70 et au début des années 80, bien qu’elles n’aient pas eu beaucoup de succès, et les gens ont généralement rejeté cette théorie. Même si les linguistes ont reconnu le lien entre certains aspects de la langue, ils l’ont considéré davantage comme une coïncidence que comme un aspect puissant de la langue en elle-même.

En anglais, un exemple d’iconicité serait de faire référence à quelque chose de petit comme « itty, bitty, teeny, weenie ». Dans l’ASL, des signes exprimant des émotions comme « heureux », « en colère » et « sentir » sont représentés sur la poitrine, près du cœur. Un autre exemple dans l’ASL ; les signes cognitifs comme « penser », « savoir » et « comprendre », qui se signent près des tempes.

 

Les premières études sur l’iconicité ont été publiées à la fin des années 70 et au début des années 80.

 

VARIATIONS ET ORIGINES DES LANGUES DES SIGNES

Nous ne savons pas exactement combien de langues des signes existent dans le monde, mais l’Ethnologue – un texte annuel qui propose des faits et des statistiques sur les langues des signes dans le monde – compte 137 différentes langues des signes officielles. Les langues des signes sont divisées en trois grandes catégories : les langues des signes des sourds, qui sont utilisées dans les régions où les gens forment leurs propres communautés de sourds ; les langues des signes des villages, qui sont des langues des signes autochtones, les langues locales qui se sont développées au fil des générations et sont utilisées là où il existe un nombre naturellement élevé de sourds ; et les langues auxiliaires, qui varient en complexité et sont souvent utilisées en plus des langues parlées.

Chaque continent (et chaque pays à l’intérieur des continents) a aussi sa propre forme de langue des signes. En Afrique, il existe au moins 25 langues des signes différentes, dont au moins 13 ont été introduites par des étrangers d’Europe et d’Amérique. Aux États-Unis, l’ASL domine et près de 500 000 personnes la revendiquent comme leur langue maternelle. L’ASL est largement influencée par un mélange de langue des signes française (LSF) et de langue des signes de Martha’s Vineyard (MVSL), et elle est également utilisée au Canada, en Afrique occidentale et en Asie du Sud-Est.

Dans le reste des Amériques, il existe plus de 30 langues des signes reconnues, y compris des variétés indigènes et de petits villages. En Asie et dans les îles du Pacifique, chaque pays dispose d’une langue des signes à part les Îles Salomon. Les langues des signes européennes sont principalement influencées par la LSF, mais un certain nombre de pays, dont le Royaume-Uni, l’Allemagne et la Suède, possèdent leurs propres dialectes de signes. Les langues des signes du Moyen-Orient sont uniques parce qu’elles proviennent toutes de la même origine arabe.

 

Chaque continent (et chaque pays à l’intérieur des continents) a aussi sa propre forme de langue des signes.

 

LES DISTINCTIONS DU LANGAGE GESTUEL

Le langage gestuel est distinctif, et il y a quelques éléments clés à retenir quand on l’étudie. Par exemple, en quelques générations seulement, des gestes improvisés peuvent se transformer en langue des signes à part entière. En 1980, la première école locale pour enfants sourds a ouvert ses portes au Nicaragua. Les élèves qui y ont assisté n’avaient jamais été en contact avec d’autres personnes sourdes, ils ont donc communiqué avec les gestes qu’ils utilisaient à la maison et ont créé un langage unique que l’ensemble des étudiants a compris. Bien que cela a commencé sans règles ni structure officielle, il s’est finalement transformé en Idioma de Señas de Nicaragua (ISN).

Un autre fait intéressant, c’est que les enfants apprennent et développent les langues des signes de la même manière qu’ils apprennent les langues parlées – par étapes. Dans un premier temps, les bébés « gazouillent » avec leurs mains. Puis, quand ils commencent à formuler des mots réels, ils remplacent les gestes complexes des mains par des gestes plus faciles. Ensuite, ils commencent à enchaîner des mots-clés pour former des phrases, sans certains caractères comme « le » ou « et ». À la fin, ils commencent à former des phrases complètes en suivant les règles de grammaire standard.

Il est important de noter que les lésions cérébrales affectent le langage des signes exactement de la même façon que le langage parlé. Tout comme les personnes qui utilisent des mots parlés, si un signant « parlant » couramment souffre d’un AVC ou d’un traumatisme crânien, cela pourrait avoir un impact négatif sur sa capacité à communiquer. De la même manière que « faire des sons » est différent de parler, « faire des gestes » n’est pas la même chose que signer.

 

DERNIÈRES RÉFLEXIONS

En résumé, les langues des signes ne sont pas du tout comme les langues parlées. C’est une manière unique et efficace de communiquer et, d’une certaine façon, c’est beaucoup plus pratique. Si vous êtes intéressé par l’apprentissage des langues des signes, n’oubliez pas que cela demande beaucoup de temps, de patience, de détermination et, souvent, un bon sens de l’humour. Il existe un certain nombre d’endroits où vous pourrez obtenir de l’aide : les collèges et les universités, les centres communautaires pour sourds, les centres d’orthophonie et d’audition, les écoles publiques pour sourds et d’autres programmes d’éducation pour les sourds.